Contes et Légendes

Hoffman, Joe Rich, Ruben, Garret Byrnes, Aitken, Vic Ayala, BF, etc., ces mecs là sont des monuments de part l’impact qu’ils ont eu sur le riding, la façon de penser le bmx, et aussi sur la mode (vestimentaire et au niveau du vélo). C’est certainement très flatteur d’être considérer en tant que tel, mais est-ce que finalement ça gâcherait pas un peu le message qu’ils font passer? Après tout qu’est ce qui fait qu’une légende en est une? Et est-ce finalement si logique?

Déjà, les dites « légendes » ne se sont pas auto-proclamées en ce titre, forcément. C’est la communauté bmx, l’Histoire, qui leur a permit d’atteindre ce statut. Mais comment faire écho à leur message, le respecter en les plaçant finalement plus haut que les autres par ce qu’ils ont accompli, alors que ça n’est ni leur projet, ni leur idée, mais tout l’inverse. Leur message prône le plus souvent l’universalité du bmx, l’égalité. Les placer à la hauteur de légende ne fait finalement pas du tout honneur à leur personne et à leur pensée. D’ailleurs, la plupart ne se sentent pas tel, en sont même gêné, ou encore mieux, s’en foutent complètement et n’y prêtent même pas attention.

Autre point, une légende existe si contexte particulier il y a eu à une époque donnée. Les héros de la génération « midschool » ne sont pas les mêmes que ceux ayant débuté le vélo dans les années 80, et c’est évidemment la même chose pour les jeunes de maintenant à qui on arrivera jamais à faire pleinement apprécier une part de Josh Stricker par exemple. Mais ce n’est évidemment la faute de personne, tout ceci n’ayant un sens que lorsque l’on a « vécu » ce moment. Ainsi, on peut se dire que soit chaque génération a ses légendes et ça veut donc dire qu’on accepte que pour les plus jeunes ça puisse être des mecs comme Adam LZ et Harry Main, soit il n’y a finalement pas d’intérêt ou de réel sens que de catégoriser certaines personnes avec ce statut.

Pour finir à l’américaine sur une sorte de happy ending, le bénéfice d’élever ses personnalités à des rangs aussi élevé permet peut être dans une moindre mesure de mettre en avant une certaine vision propre au bmx, je pense notamment à l’esprit d’exploration et de découverte des gars de T1, la créativité street avant-gardiste de chez Skavenger à l’époque et de ce fait motiver pour continuer dans cette voie, ou encore mieux et c’est surement là le véritable sens, trouver sa propre voie.

1 593 commentaires sur “Contes et Légendes”